Brexit - Nouvelle réalité pour la construction au Royaume-Uni

Quels sont les changements ?

 

Le Brexit est entré pleinement en vigueur avec la nouvelle année 2021. Nous savions tous que cela se produirait, mais nous ne sommes peut-être pas conscients de la façon dont cela affecte l'industrie de la construction. À quoi ressemblera cette nouvelle réalité ? Quels sont les changements ?

Le 1er janvier 2021, le Brexit est finalement entré en vigueur. Bien que le Royaume-Uni ait officiellement quitté l'Union européenne le 31 janvier 2020, l'Union européenne n'est pas encore entrée en vigueur. La période de transition post-Brexit a permis de maintenir la plupart des dispositions en vigueur depuis un an..

Depuis le début de la nouvelle année, les règles de l'UE ne s'appliquent plus au Royaume-Uni. Quels changements apportera-t-elle au secteur de la construction ? Que pouvons-nous attendre de cette nouvelle réalité ?



Accord commercial - Que signifie-t-il pour l'industrie de la construction ?

Le Comité européen des équipements de construction (CECE) avait exhorté le Royaume-Uni et l'UE à parvenir à un accord avant la fin de la période de transition, car il a déclaré que scénario de sortie de crise serait "le pire de tous les résultats" pour la construction. Le secrétaire général du CECE, Riccardo Viaggi, a déclaré : " Les chaînes de valeur industrielles complexes ont besoin d'un commerce sans friction, d'une absence de droits de douane et d'une reconnaissance mutuelle des marquages. La divergence réglementaire attendue créera des charges administratives et financières qui ne sont même pas imaginables dans certains cas, compte tenu de la profondeur de l'intégration offerte par le marché unique européen."

C'est pourquoi le marché de la construction des deux côtés de la Manche a poussé un soupir de soulagement lorsque, après 11 heures de négociations, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le premier ministre britannique, Boris Johnson, sont parvenus à un accord. Accord de commerce et de coopération ("TCA").

Le responsable de la politique de la National Federation of Builders a déclaré que l'accord garantit que le secteur de la construction ne subira pas le choc inflationniste de l'introduction de tarifs et de quotas ou la dépréciation attendue de la monnaie associée à une absence d'accord. Il a également déclaré que l'ACC apporte la certitude au moment où elle est le plus nécessaire. Cependant, des voix s'élèvent pour dire que l'accord est entouré "d'hésitations et de flou" et qu'il ne répond pas à toutes les préoccupations du secteur de la construction à l'égard de l'accord. Les effets du Brexit. Quels sont les principaux changements et préoccupations auxquels le secteur britannique de la construction doit faire face dans la réalité post-Brexit et comment l'accord de commerce et de coopération aborde-t-il ces questions ?


  • 01
    Pénurie de main-d'œuvre

    Dans les discussions sur les effets que le Brexit aura sur le secteur, la restriction de la liberté de mouvement et donc la diminution de la main-d'œuvre migrante de l'UE est celle qui revient le plus souvent. Il y a de sérieuses inquiétudes quant à l'impact que cela aura sur le secteur, étant donné que la construction britannique a été confrontée à une pénurie de main-d'œuvre même avant le Brexit. L'Office for National Statistics (ONS) indique qu'on estime qu'environ 7% de la main-d'œuvre totale du secteur de la construction au Royaume-Uni et 28% des travailleurs de la construction à Londres sont des ressortissants de l'UE.

    Les travailleurs de l'UE déjà présents au Royaume-Uni avant la fin de la période de transition auront probablement le droit d'y rester et d'y travailler si la demande est faite au Régime de règlement de l'UE jusqu'au 30 juin 2021. Les ressortissants de l'UE qui n'ont pas demandé le statut de résident permanent ou de résident temporaire risquent d'être expulsés.

    Depuis le début de l'année, toute personne souhaitant travailler au Royaume-Uni sera soumise à un système de demande à points visant à attirer des "travailleurs qualifiés" avec les seuils de niveau de compétence de l'appel d'offres 3-5 (niveau A ou équivalent).

    Un demandeur devra prouver qu'il dispose d'une offre d'emploi au niveau de compétence requis et qui correspond à un nouveau seuil de salaire minimum. Il devra l'impact de la pénurie de main-d'œuvre car la majorité de la main-d'œuvre n'est pas rémunérée à l'entrée obligatoire.

    81% des entrepreneurs pensent que la pénurie de main-d'œuvre post-Brexit augmentera les coûts de construction et 76% des personnes interrogées ont déclaré qu'elles ne pensent pas que les initiatives prises par le gouvernement pour faciliter l'augmentation du nombre d'apprentissages fourniront suffisamment de travailleurs qualifiés en temps voulu.

    La diminution du nombre de travailleurs de l'UE peut augmenter les coûts du travail car il y a une forte demande et peu de nouveaux travailleurs. Cela peut également conduire à salaires inflationnotamment dans les domaines et secteurs où les travailleurs de l'UE constituent une main-d'œuvre importante.

    La TCA n'a pas abordé cette question, car la libre circulation des travailleurs est une base du marché unique de l'UE, que le Royaume-Uni a décidé de quitter. Le contrôle des frontières du Royaume-Uni et le renforcement des contrôles sur le marché du travail national étaient deux raisons principales du Brexit. Les entreprises doivent s'assurer que tout nouveau travailleur de l'UE qu'elles souhaitent embaucher dispose des visas et permis nécessaires avant de commencer à travailler.

  • 02
    Importation de matériaux de construction

    Le Construction Leadership Council estime que les entreprises de construction du Royaume-Uni importent environ 22% de tous les matériaux, produits et composants. Autour de 60% de ces derniers proviennent de l'UE. Le risque de perturbation des flux commerciaux, comme l'imposition de droits de douane, qui pourrait entraîner des coûts imprévus et des désaccords sur la question de savoir qui doit les supporter, suscite de vives inquiétudes.

    Heureusement, le L'ACC a garanti l'absence de droits de douane ou de quotas sur les marchandises circulant entre l'UE et le Royaume-Uni.sous réserve que les règles d'origine soient respectées pour les marchandises. Malgré cela, il existe encore quelques problèmes pratiques qui peuvent avoir un impact sur la construction.

    À partir du 1er janvier, toutes les marchandises entrant au Royaume-Uni devront subir de nombreux contrôles, notamment des déclarations douanières, des contrôles des règles d'origine, des certificats de sécurité des produits et des inspections. En raison des perturbations de COVID-19, le gouvernement reporte les contrôles douaniers complets au 1er juillet.Mais il est probable que lorsqu'ils commenceront, ils entraîneront des retards qui pourraient avoir un impact sur les matériaux et les fournitures utilisés par l'industrie de la construction. L'allongement des délais de livraison et les efforts déployés pourraient augmenter les coûts de livraison et retarder la réalisation des projets. Les retards et l'incertitude peuvent également accroître la demande de matériaux d'origine locale, ce qui peut entraîner une hausse des prix.

  • 03
    Approvisionnement

    La législation britannique sur les marchés publics est fondée sur les directives européennes en la matière, qui restent en vigueur après le Brexit. Malgré cela, des modifications conséquentes ont été apportées à la réglementation britannique. Un exemple notable est la suppression des références à la publication des avis dans le "Journal officiel de l'UE" et l'introduction du nouveau système de notification "Find a Tender Service".

    Les règles de l'UE exigent que les projets acquis par les entités publiques soient soumis à une procédure d'appel d'offres concurrentielle. Les parties intéressées dans l'ensemble de l'UE et de l'Espace économique européen et celles établies dans l'un des États signataires de l'Accord sur les marchés publics ("AMP") de l'OMC doivent pouvoir soumissionner. La sortie du Royaume-Uni de l'UE présentait un risque d'exclusion des entreprises de construction britanniques du processus. En décembre 2020, le Royaume-Uni a signé l'AMP, ce qui permet aux entreprises de construction de participer aux appels d'offres de l'UE.. Les entreprises doivent néanmoins s'assurer que les projets pour lesquels elles sont en concurrence à l'étranger sont inclus dans l'AMP et l'ACC.

  • 04
    Normes et règlements (marquage des produits)

    Le marché unique de l'UE se caractérise par une reconnaissance mutuelle et partagée des marques standard qui a contribué à un commerce sans friction. La sortie du Royaume-Uni de l'UE a entraîné une possible incohérence dans les échanges, une baisse des normes et une augmentation de la bureaucratie pour les entreprises.

    Après le Brexit, il n'y a plus de marquage "CE" unique utilisé sur le territoire britannique et dans l'UE. Au lieu de cela, il y a trois types différents de marquage du produit, en fonction de l'endroit où le produit est destiné à être utilisé :

    • Le marquage de l'UE pour la conformité des produits (CE)

    • La marque d'évaluation de la conformité du Royaume-Uni (UKCA)

    • Le Royaume-Uni Irlande du Nord marque (marque UK(NI))qui s'ajoute au marquage CE dans certains cas.

    Le TCA n'unifie pas les marques standard de la même manière qu'avant le Brexit. Cependant, le nouveau régime n'empêche pas immédiatement la vente ou l'utilisation de matériels marqués CE au Royaume-Uni. La plupart des biens importés qui portaient déjà une marque CE valide au 31 décembre 2020 peuvent encore être utilisés légalement au Royaume-Uni jusqu'au 31 janvier 2022. L'UKCA ne sera pas reconnue pour les produits exportés vers l'UE, de sorte que tous les produits exportés vers l'UE doivent toujours répondre aux critères CE et porter la marque CE.


Nouvelle réalité

Bien que l'accord de commerce et de coopération ait permis de résoudre certains des problèmes les plus préoccupants que le Brexit posait au secteur de la construction, il ne fait aucun doute que des changements importants nous attendent. Les entrepreneurs devront encore faire face aux conséquences négatives de la réalité post-Brexit. La meilleure chose que nous puissions faire à l'heure actuelle est de prendre des mesures proactives pour protéger la main-d'œuvre, éviter des coûts plus élevés et des retards, et surveiller continuellement la situation jusqu'à ce qu'elle se stabilise.

Nous pouvons espérer qu'après cette transition turbulente vers une nouvelle réalité, le secteur britannique de la construction en sortira plus fort et plus efficace.

 
The Construction Digital Playbook We're launching a newsletter next week

Sign up today for tips on using free digital tools like Chat GPT and Canva.

Vous pourriez aussi aimer

Trouvez une solution adaptée à votre entreprise.

 
 
Obtenir une démo
2024-07-21 07:58:56